Coronavirus : la caméra thermique brûle-t-elle le RGPD ?

Feu vert pour la caméra thermique installée dans des locaux municipaux, qui se borne à indiquer à la personne qui se place volontairement dans son champ d'action si sa température corporelle excède ou pas la normale, sans constituer une condition d'accès aux services. En revanche, la caméra thermique portable que des agents municipaux manipulent dans les écoles pour détecter les enseignants, élèves ou personnel dont la température excède la normale et les inviter alors à quitter l'établissement constitue un traitement automatisé de données personnelles au sens du Règlement général sur la protection des données (RGPD). Comme les conditions légales d'un tel traitement de données de santé personnelles ne sont pas respectées, il y a atteinte...

Pas encore abonné ?

Restez informé partout et tout le temps, LexisVeille.fr scrute et analyse toute l’actualité du droit et des juristes pour vous avertir sans délai de ce qui vous concerne vraiment.

Je m'abonne

Déjà inscrit ?

Vous pouvez lire l’intégralité de l’article en vous connectant ci-dessous.