« Cops show » : l’enregistrement du gardé à vue peut constituer une atteinte à l’intimité de la vie privée

Dans un arrêt du 21 avril 2020, la Cour de cassation précise que l’enregistrement par un journaliste de la parole ou de l’image d’une personne placée en garde à vue est susceptible de constituer une atteinte à l’intimité de sa vie privée. La chambre criminelle ajoute que la situation du gardé à vue est telle, qu’il ne peut lui être reproché de ne pas s’être opposé à cet enregistrement....

Pas encore abonné ?

Restez informé partout et tout le temps, LexisVeille.fr scrute et analyse toute l’actualité du droit et des juristes pour vous avertir sans délai de ce qui vous concerne vraiment.

Je m'abonne

Déjà inscrit ?

Vous pouvez lire l’intégralité de l’article en vous connectant ci-dessous.