Du droit des détenus de recevoir des visites familiales #Brève

Les requérants dénoncent les modalités des visites familiales courtes dont ils ont bénéficié pendant leur détention provisoire en maison d’arrêt et l’impossibilité de recevoir une visite longue des membres de leurs familles. La Cour européenne a posé le principe, par son arrêt Messina contre Italie (n°2) (CEDH, 28 sept. 2000, n° 25498/94), que, même si toute détention régulière entraîne nécessairement une restriction à sa vie privée et familiale, le détenu, dans le cadre de sa privation de liberté, bénéficie du droit au respect de la vie familiale, l’administration pénitentiaire ayant l’obligation d’aider le détenu à maintenir un contact avec sa famille proche. Elle analyse en conséquence les restrictions aux visites familiales comme une...

Pas encore abonné ?

Restez informé partout et tout le temps, LexisVeille.fr scrute et analyse toute l’actualité du droit et des juristes pour vous avertir sans délai de ce qui vous concerne vraiment.

Je m'abonne

Déjà inscrit ?

Vous pouvez lire l’intégralité de l’article en vous connectant ci-dessous.